Covid-19 : Les monnaies peuvent transmettre faiblement le Coronavirus

Beaucoup de commerçants haïtiens et du monde entier, jugés indispensables à l’économie de leur pays, s’inquiètent de contracter le nouveau Coronavirus au contact des clients. Et pour eux, un vecteur majeur apparaît : l’échange de monnaie et de billets. En Haïti, le paiement en liquide représente plus de 95% des transactions. Delà, la question se pose : « doit-on s’en inquiéter et réduire la circulation de monnaie dans le pays« ? Alors qu’Haïti est sous cloche avec les deux cas de Coronavirus récemment testé, les commerces alimentaires restent ouverts. Et face au Covid-19, très hautement contagieux, beaucoup de commerçants craignent d’être infectés au contact des clients. Notamment lors du paiement et de l’échange éventuel de monnaie. Est-il possible de réduire la circulation des pièces et billets en Haïti ? On sait qu’il est conseillé de ne pas toucher les surfaces dans les lieux publics, de se laver très régulièrement les mains, de ne pas porter les mains au visage, de maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres… Mais qu’en est-il du paiement des achats en espèce (pièces et billets) ?

Les monnaies représentent-elles un risque de contagion très faible au Covid-19 ?

En Haïti, aucune mesure pour empêcher la circulation des pièces et billets de monnaies n’a été prise et ne devrait être prise. Effectivement, le risque de contagion par les pièces, billets et cartes bancaires est très faible et ne constitue donc pas un vecteur inquiétant (Ministère de la Santé de la France, 2020). Malgré tout, la meilleure protection consiste à se nettoyer fréquemment les mains. En plus, comme pour la grippe saisonnière et comme sur toute autre surface, les gouttelettes respiratoires d’une personne infectée par un virus déposées sur un billet de banque pourraient survivre pendant une période limitée, mais pas significative pour être un vecteur majeur de transmission. Par ailleurs, les billets et pièces présentent moins de risques et d’inquiétude que les poignées de porte ou les paniers à provisions (La Dépêche, 2020).

Comment réduire le risque de contamination au Covid-19 par les billets et pièces de monnaies ?

Dorénavant, certains pays touchés par la pandémie du Covid-19 ont, eux, pris des mesures concernant l’échange de monnaie. Et bien que la Banque centrale d’Haïti n’ait pris aucune décision pouvant incriminer les liquidités dans la transmission du virus, d’autres pays ont retiré pièces et billets du quotidien de leurs citoyens. En Chine, la monnaie en provenance des villes infectées (comme Wuhan) a largement été détruite alors que le pays en a imprimé en urgence une nouvelle dite « saine ». L’autre partie des pièces et billets a été nettoyée aux rayons ultraviolets ou à haute température pour ensuite être placée sous scellée pendant sept à quinze jours. Aux États-Unis, toute liquidité provenant d’Asie est systématiquement placée en quarantaine avant sa mise en circulation (Favier,2020). Plus drastique encore, la Corée du Sud a arrêté la circulation des billets pour une durée de deux semaines. En Haïti, aucune décision n’a été prise sur la circulation en espèce des billets et pièces de monnaies.

Pour réduire le risque de contamination au Covid-19 par les billets et pièces de monnaies, la réponse est simple et redondante : il faut se laver les mains, respecter une bonne hygiène et éviter les contacts directs. Pour Alexandre Bleibtreu, médecin-infectiologue au service de maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière (Paris) : « Il faudrait cracher sur un billet ou le lécher pour contaminer quelqu’un » (Le Parisien, 2020). En somme, sachant que le virus peut continuer de vivre quelques minutes sur un billet de banque, il suffit de respecter les distances, de se laver les mains et de ne surtout pas se toucher le visage pour éviter tout risque de contagion.

Pour en savoir plus, abonnez-vous par email (électronique) ou sur notre page Facebook ou Twitter ou Instagram ou Whatsapp !

AUTEUR

Marc-Donald VINCENT

vmarcdonald@lescientifique.com

+(509) 46 30 76 23

Facebook : commentaires
Print Friendly, PDF & Email

LE SCIENTIFIQUE

LE SCIENTIFIQUE est la seule revue scientifique et socioprofessionnelle d'Haïti. Cette revue est fondée par Marc-Donald VINCENT (ingénieur agronome, technicien urbaniste, spécialiste de gestion de projets, étudiant en Maîtrise en Gestion de Projets à l'ISTEAH et domicilié en milieu rural à Milot, Nord, Haïti) et Marc-Méland VINCENT (étudiant en Sociologie à l'UEH au Campus Roi Henry Christophe de Limonade, domicilié au Cap-Haïtien, Nord, Haïti). Email : infos@lescientifique.com, Téléphone : +(509)46 30 76 23.

Vos commentaires ?